Récit : Rallye d’Espagne 2017

La 11e manche du championnat du monde se déroulait le week-end dernier aux alentours de Tarragone.

Ce rallye est le plus atypique du calendrier du WRC puisque qu’il se dispute sur deux surfaces, à savoir la terre le premier jour et l’asphalte les deux derniers jours. Le gratin du championnat du monde était présent avec pas moins de 26 concurrents dans la catégorie R5 et 16 WRC !

Après 4 mois sans course, c’était un magnifique challenge qui m’attendait puisque je n’avais encore jamais roulé avec une quatre roues motrices sur la terre.

Lors du premier jour, trois spéciales à répéter deux fois sont au programme. Ne sachant pas quel rythme adopter, nous sommes partis prudemment dans la première spéciale pour prendre nos marques sur la terre catalane très roulante.

La troisième spéciale est un véritable monument avec ses 39 km, entrecoupée d’une partie asphalte longue de 7km parfaite pour surchauffer les pneus… A l’arrivée, nous sommes satisfaits de notre prestation pour une découverte totale de cette surface.

A l’assistance, d’après mes ressentis et la prévision d’une dégradation des routes au second passage, nous avons effectué des réglages sur la Skoda. C’est reparti pour le deuxième tour, le comportement de la voiture me convient mieux et le rythme s’accélère. Dans les deux derniers chronos du jour j’atteins l’objectif que je m’étais fixé avant la course, soit, perdre moins de 2s/km par rapport au leader de la catégorie. Dans la longue spéciale, je concède 1.65s/km. Je pense n’avoir jamais pris autant de plaisir à piloter que lors de cette 6e spéciale, la terre c’est juste magique !

Place au deuxième jour de course, après que le team Easy Rally ait remis en configuration asphalte le Fabia R5 en seulement 1h15, nous nous élançons dans un tracé difficile de 24 km. Il m’a fallu quelques kilomètres pour reprendre mes repères sur l’asphalte et en fin de chrono, la pluie a fait son apparition, ce qui n’a pas arrangé les choses.

La seconde spéciale du jour s’est mieux déroulée, bien qu’il faille adopter une conduite circuit sur des routes très larges et plates, ce qui n’est pas forcément le profil que j’apprécie le mieux. Tout au long de la journée, nous continuons notre apprentissage et acquérons de l’expérience. Nous réduisons tout de même l’écart au km à moins de 1.3s, ce qui est un peu en dessous de nos attentes, mais la concurrence est telle avec pas moins de 7 pilotes portant les couleurs d’une équipe professionnelle.

Le dernier jour ne débute pas de la meilleure des manières, puisque je tire à peine trop fort mon frein à main dans une épingle et me vois obligé de mettre la marche arrière. Ensuite dans le troisième chrono, je me fais piéger par un freinage noté trop tard et pars à la faute, endommageant le bas de caisse gauche et la face avant. Je parviens tant bien que mal à terminer le rallye sans repasser à l’assistance.

Cet incident nous détrône du top 10 de la catégorie et vient altérer notre belle entame de course. Ce n’est jamais facile moralement de finir sur une note négative, mais je vais travailler pour rebondir ! Je tiens à remercier mes partenaires, l’équipe Easy Rally qui a fait un travail formidable sur la voiture, Antoine mon copilote, ainsi que toutes les personnes qui ont suivi de près ou de loin cette épreuve. Prochain rendez-vous, le rallye international du Valais, le 27-28 Octobre, où je serais navigué par Alexandre Chioso.